Une durée indicative de trois ans

Le programme du 101 a été pensé pour se terminer en trois ans. Cette durée indicative comprend notamment des périodes de stage ou de temps partiel en entreprise. Selon les besoins individuels de chaque apprenant, cette durée peut être réduite ou augmentée sans avoir de conséquences sur sa formation. L’intégralité des compétences indispensables pour trouver un emploi dans le numérique en France seront abordées, aucune impasse ne sera faite. Ainsi, les grands jalons de l’apprentissage au 101 sont exprimés sous forme de niveaux d’expérience plutôt qu’en années : c’est l’expérience individuelle qui rythme la formation du 101, pas le calendrier administratif. Les seuils intermédiaires conditionnent entre autres l’accès au départ en stage. Trois ans, c’est le temps que nous estimons important pour apprendre à innover technologiquement, obtenir son début d’expérience professionnelle à travers des stages et profiter des opportunités uniques proposées par Le 101 tout au long de l’année.

 

Accélérer sa formation grâce à ses acquis

Lorsqu’un apprenant est déjà familier avec un projet, il est encouragé à dépasser ses limites. Par exemple, après avoir travaillé sur une technologie en stage, il n’est pas rare que les projets associés proposés à l’école leur apparaissent sous un jour nouveau. Dans ce cas, ils peuvent les survoler bien plus rapidement que prévu et ainsi enchaîner sur des défis plus complexes sans devoir attendre que leurs camarades les rattrapent. Ceux qui préfèrent prendre le temps ont la possibilité d’aller plus loin que le sujet proposé en continuant le développement du projet. En cas de succès, les récompenses obtenues seront supérieures à celles prévues. Même s’il n’est pas possible d’entrer en admission parallèle au 101, certains apprenants profitent du décloisonnement temporel du programme pour prendre de l’avance sur leurs camarades… et même, prétendre à terminer la formation bien en avance.

 

Prendre le temps qu’il faut pour réussir

Le décloisonnement temporel permet à chacun de s’investir tant qu’il en a besoin et à son propre rythme pour réussir complètement le travail proposé. Le timing donné à chaque début de projet est une estimation réaliste du temps demandé et non une obligation. Les apprenants ne seront pas bloqués en même temps par la même difficulté : les échanges avec ceux arrivés avant ou après permettront d’y faire face. De la même façon, le décloisonnement temporel permet de faire face aux accidents de la vie, de répondre à des opportunités de stage en entreprises…. Si un apprenant doit mettre sa scolarité en pause exceptionnellement, à son retour au 101, il retrouvera ses projets là où il les avait laissés. À noter : certains projets disposent eux de dates précises. Les contraintes de temps sont une réalité du monde du travail et il est normal que la formation les intègre. Les plus rigoureux peuvent également se donner eux‐mêmes des limites. Cela leur permet de garder un rythme de travail soutenu tout en leur évitant de doubler leur temps de formation.